Grève salarioe au sein de Kem One, cuatro sitios sur cinq à l’arrêt

Quatre des cinq sites français du producteur de PVC Kem One sont «à l’arrêt» en razón de un gran salario, indiqué mercredi le groupe chimique, soulignant «ne plus être en capacitaté» de clientes freer ses. Le conflict a commencé la semaine dernière après l’échec de la négociation annuelle obligatoire (NAO) sur les salaires, l’augmentation propuesta por la dirección y été rejetée de la CGT.

Selon una comunicación de la direction, la grève lancee par le syndicat est suivie par «medio ambiente 15% de descuento en salarios», más à des postes-clés, ce qui suffit à paralyser l’activité. Kem One, propietario de fondos de inversión en América, Apollo después de diciembre, emplea a 1.400 asalariados en Francia (pour l’essentiel) y en España. Menos touchées sont situées à Saint-Fons (Rhône), Saint-Auban (Alpes-de-Haute-Provence), Fos-sur-Mer et Lavera (Bouches-du-Rhône).

4% del aumento salarial global

Selon la CGT, le mouvement de grève est parti «espontáneamente» des salariés. «Le groupe a des résultats mirifiques, avec 193 millones de euros de beneficio sur 2021, et les salariés réclament simplement leur part, à l’heure où leur pouvoir d’achat diminue avec la hausse des prix de l’essence, de l’electricity, des péages, etc.», el comunicado a l’AFP Didier Chaix, central sindical délégué. La dirección propone un aumento del 4% en el salario global, con un mínimo de 80 euros al mes; la CGT réclamait una garra de 150 euros, más afirma qu’avec 100 euros, le conflicto aurait pu être évité.

READ  ¿Qué esperan México, Cuba y Canadá del nuevo presidente de Estados Unidos?

La dirección ne veut cependant pas rallonger son enveloppe, déjà «superior» aux pratiques dans le secteur. Elle fait aussi valoir que les salariés toucheront un intéressement «medio ambiente 10.000 euros», auxquels s’ajoutera «verter el fois estreno» une participación aux beneficios d’environ 4.000 euros. Enfin, souligne-t-elle, l’ancien proprietaire de Kem One, l’industriel Alain de Krassny, «s’apprête à verser environ 27.000 euros nets à chaque salarié présent depuis le redressement» de l’entreprise en 2014 – les autres touchant au prorata de leur période d’emploi jusqu’en 2021.

En reprenant le groupe à la barre du court of commerce de Lyon il ya huit ans, Alain de Krassny aprovecha effet promis para redistribuir los salarios auxiliares el 10% de sa plus-value le jour où il revendrait l’entreprise, ce qu’il a Fait au fonds Apollo à l’automne por un importe de 700 millones de euros. «La dirección estima qu’on touche assez comme ça, mais la prime de Krassny, c’est un héritage, ça n’a rien à voir avec nos salaires», respondió Didier Chaix. La dirección de Kem One appelle à «el paisaje» ante la situación «très indomable para los clientes» et qui despertar «la incomprensión» des nouveaux actionnaires américains du groupe.

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.