Pourquoi Omicron pourrait être le dernier variante «preocupante»

Ciertas variantes de ces si son reveladoras más eficaces que las versiones anteriores de SARS-CoV-2 para una persona en el interior y hasta el final para los suplantadores, dominantes devenidos.

Esta capacidad de propagación mejora y se atribuye a las mutaciones de la proteína leurina Spike (las protuberancias en forma de champiñones ubicadas en la superficie del virus). Proteínas de pico mutées si fuertemente aux receptores ACE2 situés à la superficie de nos cellules (notamment celles qui tapissent nos voies respiratoires). O le virus s’attache à ces récepteurs pour entrer dans les cellules et beginr à s’y répliquer.

Ces mutaciones ont permis aux variantes Alpha puis Delta de convertirse en dominantes au niveau mondial. et les s’attendent à ce that the même eligió se produise avec Omicron.

Un virus ne peut cependant pas s’améliorer indéfiniment…

Omicron, «meilleure» ¿posible versión del SARS-CoV-2?

Menos lois de la biochimie font que el SARS-CoV-2 termina con el desarrollo de una proteína Spike es liant à l’ACE2 con la mayor fuerza posible. A partir de ahí, la capacidad de propagación del virus no estará más limitada por su capacidad de fijarse a las células; d’autres facteurs viendront limitando la difusión, tels that the vitesse of replication of son génome, celle à laquelle il peut pénétrer dans la cellule et la quantité of nouveaux virus qu’un humain infecté pourra produire et disséminer.

En principio, tous ces facteurs devraient finir par évoluer vers des performances maximales.

Omicron at-il atteint cet apogée ? Il n’y a, pour l’heure, aucune raison de penser que tel est le cas… Les études said de «ganancia de función», qui examinent les changements dont le SARS-CoV-2 a besoin pour se propagar plus efficacement, ayer identificación de mutaciones de nombres Potenciales que mejoran la capacidad de la proteína Spike para permanecer en las células. O Omicron ne les possède pas. Por otro lado, des ameliorations pourraient être encore apportées à d’autres aspectos du cycle de vie du virus, comme la replication du génome, ainsi que je l’ai mencionado plus haut.

READ  STEAM Education: solución a los problemas del futuro

Más supuestos un momento en que Omicron es bien la variante «ultime», la célula no tiene la capacidad de propagación es máxima… Et si, limité par les probabilités génétiques, Omicron ne pouvait ne pouvait bénéficier de nouvelles aliorations ? Del même manière que les zèbres n’ont pas développé d’yeux à l’arrière de leur tête pour éviter les prédateurs, es plausible que el virus du Covid ne puisse pas atteindre son la máxima teoría: il devrait pour cela obtenir toutes les mutaciones potentielles nécessaires en même temps – ce qui serait par trop improbable.

Toutefois, même dans a scénario orù Omicron serait le meilleur variant en términos de propagación entre humanos, de nouveaux variantes continueraient à apparaître, et contourneraient en las defensas inmunitarias.

Después de una infección viral, el sistema inmunológico se adapta al producto de los anticuerpos, qui se fixent sur l’intrus pour le neutraliser, et des linfocitos T (des cellules immunitaires qui détruisent les cellules infectées). Anticorps sont de petites protéiques qui reconnaissent spécifiquement ciertas porciones del virus, tandis that les linfocitos T reconnaissent les cells infectées car elles présentent à leur surface des Motivos moleculares resultantes de l’infección. Si las mutaciones aumentan para el cambio de SARS-CoV-2 sufisamment son «apariencia», es peut donc que nos immunitaires defens ne le reconnaissent plus.

Por otro lado: Comentar notre corps se defender-il contra les envahisseurs ?

C’est pourquoi Omicron acusados ​​apparemment si bien à infecter des personnes déjà immunisées, que soit par la vacunation or par une infection antérieure : les mutaciones qui permettent à sa protein Spike de mieux se lier à nos récepteurs ACE2 réduisent également la capacitaté des anticorps para reconocer el virus y neutralizar.

READ  Obtenga hasta un 50 % de descuento en suscripciones de MEL Science con nuestros códigos de descuento exclusivos este Black Friday

En la revancha, el Sugerencia Données de Pfizer que los linfocitos T responden a la même manière à Omicron et aux variantes anteriores. En efecto observe qu’en Afrique du Sud, où la plupart des gens sont immunisés, le taux de mortalité du nouveau variant est plus faible.

C’est un point important à souligner : une exposition passée semble donc encore protect contre les formes les plus serious de la maladie et contre le risque de décès. Nous sommes donc dans una situación de «compromiso»: el virus peut se répliquer et réinfecter d’anciens malades, more ceux-ci ne développent pas de signes cliniques aussi serious que la première fois.

futuro posible

C’est là que réside l’avenir le plus probable de ce virus. Même s’il comme un joueur professionnel et finit par maximiser toutes ses statistiques, il n’y aucune raison de penser qu’il ne sera pas néanmoins contrôlé et eliminé par le système immunitaire. Las mutaciones que mejoran la capacidad de propagación aumentan el dramatismo del nombre de décès.

Ce virus au mieux de ses capacités pourrait alors juste continue à muter de manière aléatoire, if modifiant suffisamment au fil du temps pour que les defenses immunitaires, adaptées à des précédents variantes, ne le reconnaisse plus suffisamment, ce qui se traduirait par des réinfections.

Nous pourrions avoir une saison de Covid chaque hiver, tout comme nous avons déjà une saison de grippe à la même période. Les virus de la grippe peuvent également presentan un perfil de mutación de tipo ce, connu sous le nom de «deriva antigénica» : modificaciones leurs, siempre que pasen las temps, entraîne des réinfections. Les virus de la grippe qui résultent chaque année de ce processus ne sont pas nécessairement « meilleurs » (plus performants) que ceux de l’année précédente, más simplemente suffisamment différents pour échapper à l’immunité acquise précédemment.

READ  Mlissa Guillemette se convierte en editora en jefe de la revista Qubec Science

Le meilleur argument en faveur de cette éventualité pour le SARS-CoV-2 est peut-être que le HCoV-229E, un coronavirus qui provoque un rhume classique, déjà evoluciona en ce sens.

Omicron ne sera donc pas le final variant, mais il pourrait être le dernier variante dit «preocupante» sella la terminología de l’OMS. Si nous avons de la chance (et il faut ici rappeler que l’évolution de cette pandémie est difficile à prévoir…), le SARS-CoV-2 pourrait devenir un virus endémico, jueves mute lentement au fil du temps.

La enfermedad resultante enterait probablement des signes cliniques modérés, puisque la ou les expositions previo auraient forgé une inmune capaz de limitar la probabilidad de hospitalización et décès. La plupart des gens s’infecteraient alors une première fois enfants, avant o después de una vacunación, et les réinfections ultérieures seraient à peine remarquées… appartementraient au passé poco ortodoxo. Jusqu’à ce qu’un autre virus franquicia à son tour la barrière des espèces…

El artículo de Cet se vuelve a publicar de The Conversation sous licencia Creative Commons. Lea el artículo original.

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *